Vioujard Christian, photographe de presse.

06.30.20.16.96 – cvioujard@wanadoo.fr – www.cvioujard.fr

 

 


 Les images & textes présentés sur ce site sont soumis aux droits moraux et patrimoniaux et sont la propriété unique et intégrale de Vioujard Christian. En naviguant sur ce site vous vous engagez à respecter le Code de la Propriété Intellectuelle. Toute photo ne peut être modifiée, reproduite, utilisée, commercialisée, partiellement ou intégralement , par quelque procédé et quelque support que se soit (papier, numérique), sans l’autorisation écrite, expresse, de l’auteur, sous peine de poursuites au titre de la contrefaçon.

 Qui veut gravir la montagne, commence par le bas.

En 1971, Vioujard Christian, parisien pur jus, électronicien de formation, quitte l’industrie pour faire…reporter photo. Embauché dans une modeste agence de presse parisienne, il doit savoir tout faire, un peu de tout : lire la presse, couvrir l’actualité parisienne, faire le laborantin, les textes, les légendes, l’archivage, la tournée des rédactions. Trois mois plus tard, il obtient la carte d’identité de journaliste professionnel, reporter photographe.

Un an plus tard, dans le vestiaire du Stade-Français à la Faisanderie(parc de Saint-Cloud), il croise la route de Haroun Tazieff.  » Assis au côté de Haroun, chaussant les crampons, je lui demande, au culot, si il accepterait ma présence dans ses prochaines expéditions. » Il répond, roulant les R : «  Par amitié sportive, j’accepte ta présence. Nous partons dans quinze jours pour l’Etna, Vulvano, Stromboli, et au Niragongo(Zaïre), en août prochain. D’ici là, garde la forme.  » Par amitié sportiveHaroun vient de m’ouvrir la porte des volcans et mis le bâton du voyageur, en mains. Je lui serai éternellement reconnaissant de m’avoir tendu la main.  » De ses escapades, La Vie, l’Humanité-Dimanche, Le Chasseur Français, Tintin, publieront des séquences (texte & photos). Pour autant, rien n’est gagné. « Je viens juste d’ouvrir son compteur de parutions « . Encore un peu vert, il va vite mûrir en multipliant les collaborations, en autres, à Jeune-Afrique, l’Humanité-Dimanche, TF1, France-Soir, jusqu’en 1974, date où il rejoint l’emblématique agence photographique Gamma Presse Images. 

Quelques semaines plus tard, il signe son entrée par un doublé rarissime, faisant la même semaine, avec les mêmes clichés, la Une de Time Magazine et celle de Newsweek. Ce 1er coup, réalisé à la barbe des médias, ne change rien à ses fondamentaux, appris sur le terrain : anticiperlabourer, semer, récolter les fruits (parutions), avant la meute médiatique. Et, plutôt que de s’embourber dans le quotidien, il opte pour le reportage magazine, longue durée :  l’Espagne, l’Europe méridionale, le Grand Maghreb, l’Afrique de l’ouest & centrale, le Proche-Moyen Orient, la Chine et la…Corrèze de Jacques Chirac. Au fil du  temps, il explore de nouvelles terres, inconnues : Sciences&médecine, métiers d’Art, grands projets, gastronomie, religion, etc. 

 Après 28 années au service, exclusif, de la société, il est viré par le nouvel acquéreur, propriétaire d’un très grand groupe international, avec cette chute :  » Merci pour la collaboration que vous avez apportée à notre groupe depuis de nombreuses années. » Le directeur sera plus élogieux :  » Cher Christian, je vous confirme que vous êtes à la fois un excellent photographe et l’un de ceux dont les aptitudes à deviner les attentes du public ne sont pas à démontrer. Vous figurez au second rang des succès commerciaux de l’agence, sur 20. Bravo. » ???

 Huit années de prétoires plus tard, on lui restitue un fonds, d’où se sont volatilisés au moins 280.000 originaux n&b/ couleur, et des milliers autres films & planches, n&b. « Je suis spolié. »

Partant du principe que tout ce qui n’est pas vu, n’existe pas, et après un long travail de sélection,  il présente en 2015 , à Châteauroux et à VichyRécits photographiques, une narration sur des événements et des personnages marquants de cette époque; suivi de Chirac, Instantanés au Musée du président, à Sarran (Corrèze). Cette monographie de 130 fragments de vie, révèle par petites touches, sur papier glacé, un Jacques Chirac authentique, complice, amical, au sourire généreux, à l’écoute, toujours en mouvement. Inépuisable. Sans mise en scène. Sans filtre.  » C’est mon choix. » 

 » A mon ami Christian Vioujard, artiste incomparable qui a illustré toutes ces aventures par de superbes photos. » Paris, Jacques Chirac.

 » Le succès que remporte l’exposition, qui lui est consacrée au Musée de Sarran, témoigne de l’attachement que portent les corréziens et l’ensemble de nos concitoyens à l’ancien Président de la République. » François Hollande, Président de la République, Avril 2017.

En 2016, Vioujard Christian accepte de publier un livre.

 » En feuilletant cet ouvrage, j’ai ressenti beaucoup d’émotions. Tant de souvenirs ont resurgis. C’est pour moi et ma famille un magnifique cadeau. Vous avez des trésors M.Vioujard. Il aurait été dommage de ne pas laisser une trace.Voilà qui est fait. » Bernadette Chirac, Sarran, 8 juillet 2016.

 » A travers vos photos, j’ai appris à découvrir la Corrèze et ses habitants. » Bertrand Gaume, préfet de la Corrèze, juillet 2016.

 » Cher Christian Vioujard, vos Instantanés restituent l’Humanité de Jacques Chirac mais aussi sa volonté de dévorer la vie publique à pleines dents. Bien à vous. » François Hollande, Président de la République, Paris, septembre 2016.